Recherche

Mes mots Mes livres

George de Alex Gino

George Alex Gino

George a 10 ans et est en CM1. Il vit avec sa mère et son grand frère Scott. A l’école, il n’aime pas trop jouer avec les garçons qui se moquent de lui et de son côté efféminé. Seule son amitié avec Kelly le met en joie.

Lire la suite

Publicités

La nuit des béguines de Aline Kiner

La nuit des béguines Aline Kiner

Paris, 14ème siècle. De nombreuses béguines vivent là, au grand béguinage royal, créé par Saint Louis, mais également en ville, dans des maisons particulières où elle exercent différents métiers, libres de leurs mouvements et de leurs biens, mais également libre des hommes.

Lire la suite

« La route en Islande, c’était comme un mètre ruban de couturière, parfois découpé en deux quand on avait pris la peine de dessiner des voies, se déroulant à plat sur le terrain sauvage auquel l’homme se mesurait ainsi. »

Un marin chilien, Agnès Mathieu-Daudé

« Il est 18 heures. Ce que les Québécois appellent la « brunante », cet entre-deux entre le jour et la nuit… »

La grande course. Avec mes chiens, Nicolas Vanier

« On passe tous les étés dans cette maison, c’est le centre, chacun a un coeur en pierre chaude dans son histoire, nous, c’est ici qu’il bat, entre ces quatre prairies, ces forêts de chêne, cet étang, ce peuplier géant […] »

Un parfum d’herbe coupée, Nicolas Delesalle

« La chaleur de Beyrouth l’a saisi dès la sortie de l’aérogare, épaisse, chargée de l’air salé de la mer, porteuse du capharnaüm des embouteillages et du cri des gamins des quartiers sud. »

Ecoutez nos défaites, Laurent Gaudé

« Le dimanche à la campagne, ici comme ailleurs, c’est la seule chose vraiment à soi, le seul temps qu’on se donne. Avec les champignons qu’on cueille on met dans le panier la forêt à l’aube, l’odeur encore rase des feuilles, celle des mousses plus élancées, féroce contre le jour qui se lève. On met le silence des troncs, et au-dessus le bruit d’eau des feuillages. […] Avec les champignons on met une journée en famille, la table où on les trie, la poêle où on les fait frire, les dimanches passés et ceux à venir. »

86, année blanche, Lucile Bordes

« J’aime Naples. C’est la seule ville d’Orient, Istanbul mise à part, qui se trouve géographiquement en Europe. Et qui est dénuée de complexe. »

La Patience du franc-tireur? Arturo Pérez-Reverte

« Il suffisait de demander à l’immobilité ce que le voyage ne m’apportait plus : la paix. »

Dans les forêts de Sibérie, Sylvain Tesson

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :