adultere-paulo-coelho

Linda, 31 ans, vit à Genève en Suisse. Elle est belle et jeune, mariée à un homme riche et parfait depuis 10 ans, a deux enfants formidables et un métier de journaliste passionnant.

Pourtant, sans raison apparente si ce n’est la routine, elle sent venir la dépression. Les « retrouvailles » avec un ancien petit ami sont l’occasion pour elle de se lâcher et de découvrir des plaisirs interdits, de laisser libre cours à sa face cachée.

Le thème de l’adultère est finalement traité de façon assez convenue. L’auteur dresse une sorte d’étude de caractère très classique, avec des longueurs et des invraisemblances, beaucoup d’introspection, je n’ai pas adhéré aux descriptions et atermoiements de cette femme.

Par ailleurs les autres personnages apparaissent très lisses, voire sans personnalité, sans volonté quand ils ne sont pas juste mentionnés (les enfants).

Même si sur la fin les protagonistes semblent enfin prendre un peu corps, la fin moralisante sur l’importance et le pouvoir de l’amour me laisse un peu dubitative.

La ville de Genève (et les Suisses…) y est décrite comme vivant dans le passé et sur ses acquis de richesse et de calvinisme, ça ne donne pas vraiment envie, c’est dommage.

Une lecture de vacances, qui pourra peut-être faire réfléchir certains sur l’usure de la vie de couple et l’évolution de l’amour dans le temps. Moi je n’en garderai pas un grand souvenir.

Paulo Coelho, né le 24 août 1947 à Rio de Janeiro, est un romancier brésilien.

Adultère a été publié en mai 2014 chez Flammarion (18,50€). Il est également disponible en poche chez J’ai lu (6,70€).

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook !
Publicités