la-haut-tout-calme-gerbrand-bakker

Dans le Waterland, un paysage de marais tout plat, Helmer, 55 ans, vit seul avec son père, dans une ferme isolée sur laquelle le temps ne semble pas avoir eu prise.

Avec une écriture qui traduit parfaitement la lenteur, l’épaisseur de l’atmosphère, la haine sourde qu’on devine entre père et fils, l’auteur nous entraîne dans un huis clos, soudainement troublé par un changement d’attitude du fils, et une visite qui fait ressurgir le passé.

Un roman assez étrange de prime abord, une ambiance qui vous pénètre petit à petit, empreinte de douleur, de colère, de résignation, de non-dit. Une écriture très mélancolique, comme en écho au paysage. Et puis subrepticement, quelques menus changements, volontaires ou non, imposés ou fruits du hasard, et c’est l’histoire d’un homme au destin brisé qui arrive malgré tout à se prendre en main.

Un beau livre d’atmosphère qu’il faut prendre le temps de découvrir.

Gerbrand Bakker, né le 28 avril 1962 à Wieringerwaard, est un jardinier et écrivain néerlandais.

Là-haut, tout est calme a été publié chez Gallimard en 2009.

Cette lecture est ma contribution pour les Pays-Bas au Challenge des lectures européennes.

Lecture partagée chez Virginie B.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook !
Publicités