« Je me demande  si j’ai vraiment peur ou si je joue à me faire peur. Je me demande ce que cette solitude absolue va créer ou dénouer en moi, si quelque chose va fondre, se fendre ou se dissoudre. Peut-être qu’il ne va rien se passer du tout, ni hors de moi ni en moi. Mais je sais déjà que ce séjour dans la nuit prolongée sera davantage qu’un reportage. C’est une expérience personnelle, j’en suis convaincu, un voyage immobile vers quelque chose d’étrange et que je ne connais pas. »

Nicolas Delesalle, Le goût du large

Publicités