café Budapest Alfonso Zapico

1947. Yechezkel vit à Budapest avec sa mère. Jeune violoniste, il est aussi juif et subit les brimades.

Quand son oncle, émigré en Palestine, les invite à le rejoindre, il réussit à convaincre sa mère, certain de rejoindre un paradis. Au Café Budapest, cosmopolite, tenu par l’oncle, il va découvrir son histoire, celle de son père. Sur cette terre bientôt gagnée elle aussi par des conflits, dans cette société profondément divisée, il va néanmoins apprendre l’amour et l’amitié, et le respect, avant que la guerre le rattrape.

Cette bande dessinée m’est d’abord apparue comme fortement historique. Même si je ne suis pas parfaitement au fait de l’histoire de la Palestine et d’Israël, j’ai trouvé un peu lourdes toutes ces références dans la première partie du livre, un peu comme une leçon d’histoire. Mais sans doute étaient-elles nécessaire pour bien éclairer le contexte.

J’ai davantage apprécié la seconde moitié, qui s’approchait plus des personnages et où la lecture devenait plus romanesque. J’ai également beaucoup aimé le dessin.

Alfonso Zapico est un dessinateur et illustrateur espagnol né en 1981. Il réside aujourd’hui en France.

Café Budapest est paru en mars 2016 chez Steinkis (18€).

Livre lu dans le cadre du Prix BD Cézam 2017.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook !
Publicités