Nouvelles d'ados Prix Clara 2016

6 nouvelles composent ce recueil, toutes lauréates du prix Clara, créé en mémoire d’une jeune fille décédée à 13 ans d’une malformation cardiaque, une adolescente qui comme elles aimait lire et écrire.

C’est avec un grand plaisir que j’ai lu ces 6 nouvelles, écrites par de toutes jeunes filles au talent déjà éclatant ! Les nouvelles de l’édition 2015 m’avaient déjà beaucoup plu. Cette fois, les 6 textes proposés, portés par des écritures variées et proposant des univers très différents, sont également très forts, et m’ont vraiment fait apprécier le format nouvelle.

Clara Albert a quitté sa maison d’enfance à 13 ans. Quelques années plus tard, elle en fait le personnage principal de sa nouvelle qui nous parle de souvenirs, d’attachement, de tendresse.

Zoé Baum, dans un style très particulier et personnel, décrypte les pensées des passagers d’un avion, leurs angoisses, leurs attentes, leurs rêves, dans un tourbillon de sentiments contradictoires.

Ysaline Bortone-Bouvet écrit une très longue nouvelle d’anticipation, que j’ai trouvée passionnante et originale, mêlant futur hypothétique mais pas si utopique, et beauté du présent.

Estelle Desjardins nous raconte Alia, jeune fille fuyant la Syrie en guerre avec sa famille, à la recherche du bonheur, de la vie tout simplement.

Irène Rodriguez livre un magnifique récit imaginaire des débuts littéraires de Jack London, auteur dont elle est fan.

Enfin, Solène Tuban nous entraîne sur les traces d’Elsa, petite fille juive échappant à la rafle du Vel d’Hiv grâce à un allemand subjugué par ses dons de musicienne.

J’ai aimé chacune de ces histoires, j’ai savouré l’écriture et l’imagination de ces jeunes filles au talent prometteur. je vous recommande chaudement ce recueil. En l’achetant vous ferez qui plus est une bonne action.

Les bénéfices de la vente sont reversés à l’Association pour la recherche en cardiologie du foetus à l’adulte (ARCFA) de l’hôpital Necker-Enfants malades.

Nouvelles d’ados. prix Clara 2015 est paru aux éditions Héloïse d’Ormesson en novembre 2016 (10€).

Merci à lecteurs.com pour cette découverte.

Morceaux choisis :

« Elle comprit alors que je ferais uniquement partie de son enfance, et que c’était probablement l’idéal. Pourtant, elle était ici chez elle plus que n’importe où. Et jamais elle ne l’aurait su si elle n’avait pas déménagé. Elle en aurait probablement eu marre de moi et se serait envolée sans un regard en arrière. Par cette séparation, j’avais pris dans son coeur une place que je ne pourrais jamais quitter. » [Clara Albert, On n’entend que ce qu’on écoute]

« Ils étaient ensuite montés dans un taxi qui les avait conduits jusqu’à la frontière turque. En la traversant, Alia avait eu l’impression d’abandonner une partie d’elle-même derrière elle. Elle ne savait pas quand elle retournerait en Syrie, et c’était sans doute cette incertitude qui était la plus douloureuse. » [Estelle Desjardins, La fuite]

« Le soir venu, un plan de son récit s’était construit dans son esprit. Il repris la plume avec plaisir, galvanisé par le café et ses idées. S’ajoutant un à un, par un curieux jeu de construction, d’assemblage, les mots prenaient la forme des vagues, du roulis, des paquets d’écume. Les lettres devenaient l’écume elle-même. Jack se souvenait de la puissance des vagues, et de leur beauté. » [Irène Rodriguez, J’aimerais mieux être un superbe météore]

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook !
Publicités