Sophie Scholl non à la lâcheté Jean-Claude Mourlevat

1942. Sophie est allemande, elle a 21 ans. Quand elle rejoint son frère aîné Hans à Munich pour ses études, elle découvre que celui-ci, avec quelques amis, a décidé de mener des actions pour réveiller le peuple et lutter contre Hitler et le nazisme.

Fille d’une famille protestante d’Ulm, élevée dans des valeurs d’ouverture, elle n’hésite pas et s’engage à ses côtés, parcourant le pays pour distribuer des tracts, l’angoisse au ventre mais fière de ses convictions.

Jusqu’au jour où, dans leur propre université, tous les deux sont arrêtés, puis rapidement emprisonnés et condamnés à mort pour trahison.

Avec des mots justes, Jean-Claude Mourlevat évoque ce groupe de jeunes courageux, idéalistes, qui tous ont été au bout de leur action, jusqu’à la mort. Il fait revivre Sophie via la fiction, lui prêtant courage et sentiments, et les jeunes (et moins jeunes) d’aujourd’hui pourront facilement s’identifier à cette jeune fille.

Ce portrait est complété par une partie documentaire évoquant de nombreux résistants allemands, jeunes pour la plupart, très instructive. On parle plus souvent des allemands nazis, mais cette présentation permet de ne pas oublier que tout le peuple allemand n’était pas nazi, loin de là. Des photos des protagonistes du livres sont également présentes, émouvantes.

Enfin il pose la nécessaire question, toujours d’actualité : qu’aurais-je fait ?

Ce livre fait partie de la collection Ceux qui ont dit non que je découvre avec ce titre, qui fait réfléchir aux positionnements personnels, aux enjeux de la réflexion et de la réaction, face à des dangers qui nous concernent tous.

A mettre entre toutes les mains (dès 12 ans) !

Jean-Claude Mourlevat est un auteur français né en 1952.

Ce roman est paru en mai 2014 chez Actes Sud Junior (8€).

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook !
Publicités