La dernière réunion des filles de la station service Fannie Flagg

Sookie s’approche des 60 ans. Femme au foyer, elle pense souffler un peu quand le mariage de sa troisième fille s’achève. Entre un mari, 4 enfants et une mère exubérante, dominatrice et exigeante, elle trouve sa vie bien remplie mais ses rêves et souhaits personnels bien minces…

Alors qu’elle effectue une énième tâche pour sa mère, Sookie reçoit un appel singulier. On lui demande de réceptionner des documents importants. Quelle n’est pas sa surprise en recevant des papiers, adressés à sa mère, mais qui la concernent. Sookie découvre en effet qu’elle est une enfant adoptée, qu’elle a des origines polonaises et que même sa date de naissance est fausse puis qu’elle a déjà soixante ans.

Elle à qui on prêtait souvent les traits physiques ou de caractère de ses parents, se trouve complètement déboussolée par cette nouvelle. Son identité même vacille.

Elle va s’en ouvrir à ses proches, son mari, ses enfants, des amies, sauf à sa mère, commencer une thérapie, partir à la recherche de sa génitrice. Elle va se rebeller (enfin !) un peu contre sa mère, contre les habitudes, penser à elle pour changer, essayer de retrouver qui est la vraie Sookie.

J’ai commencé ce roman à l’écriture agréable et fluide en pensant avoir affaire à une lecture de détente. Mais ce roman est plus que ça. Bien sûr l’héroïne est un peu stéréotypée, les personnages un peu caricaturaux et la transformation de Sookie un peu attendue.

Mais le récit présente une autre dimension, qui m’a beaucoup plu. On découvre en effet que la véritable mère de Sookie, de mêmes que ses tantes, faisaient partie des WASP, unité américaine des pilotes féminines qui a existé entre 1942 et 1944, avant d’être brutalement dissoute. J’ignorais cet épisode et j’ai apprécié la découverte du destin des ces femmes oubliées.

Fannie Flagg est une écrivaine et actrice américaine née en 1944.

La dernière réunion des filles de la station-service est paru en avril 2015 au Cherche-Midi (19,80€) puis en poche chez Pocket en avril 2016 (8€).

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook !
Publicités