Immense comme la mer Nguyên Ngoc Tu

Ce recueil de nouvelles nous parle de la vie rurale au Vietnam, en plusieurs histoires au fil de l’eau, au fil du fleuve.

Ces nouvelles au style simple et fluide nous entraînent sur ou au bord de la rivière, la plupart du temps au coeur de familles marquées par l’absence. On y rencontre des enfants orphelins, des femmes abandonnées. On y décèle la dureté de la vie sur les sampans, où l’espace est réduit, la promiscuité de règle, la nourriture et les biens fonctions de la somme de travail et des aléas climatiques.

Malgré cette vie difficile, les inégalités criantes, l’absence de choix pour les femmes qui est souvent évoqué, les regrets de nombreux personnages, et un sentiment de fatalité qui ressort, le tableau brossé n’est pas non plus totalement noir. On ressent aussi de la tendresse, de l’amour, beaucoup d’abnégation et de devoir de filiation. La dernière nouvelle, qui s’apparente davantage à un court roman par sa longueur et sa division en chapitres, m’a semblé rassembler tous ces destins en un message final d’espoir.

Ce sont les enfants qui portent cet espoir, les jeunes filles plus particulièrement, et j’ai aimé à la fois le focus sur leur destinée traditionnellement dans la retenue et la soumission, et ces petites filles rebelles qui rêvent à autre chose.

Une jolie lecture.

Immense comme la mer est paru aux éditions de l’Aube en janvier 2015 (16,80€).

Nguyên Ngoc Tu est née en 1976 au Vietnam où elle vit toujours.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook !
Publicités