Recherche

Mes mots Mes livres

Mois

octobre 2017

Origami pour Halloween de Stéphane Gigandet

Origami pour Halloween Stéphane Gigandet

L’origami est une technique japonaise de pliage de papier, aujourd’hui extrêmement populaire, notamment (mais pas seulement) auprès des enfants.

Lire la suite

Publicités

Séoul, playstation mélancolique de Jean-Louis Poitevin

Séoul, playstation mélancolique Jean-Louis Poitevin

Un photographe de guerre est envoyé en Corée du Sud, pour y réaliser des photos de mode. Par hasard, il tombe sur une exposition, dont les oeuvres lui paraissent familières.

Lire la suite

La neige noire de Paul Lynch

La neige noire Paul Lynch

Années 1940. Barnabas, sa femme Eskra et leur fils Billy sont revenus en Irlande, sur la terre de leurs ancêtres, après avoir travaillé dur à New York.

Lire la suite

Tor et les gnomes de Thomas Lavachery

Tor et les gnomes Thomas Lavachery

Tor est un petit garçon de 8 ans, qui aime pêcher avec son père et son oncle. Mais depuis des jours, le poisson ne mord plus. Que se passe-t-il ?

Lire la suite

Le silence de mon père de Doan Bui

Le silence de mon père Doan Bui

Le père de Boan est plongé dans le silence depuis un AVC. La jeune femme, journaliste, prend conscience qu’elle ne sait rien de cet homme, si discret.

Lire la suite

Un tigre dans le jardin de Anne-Marie Pol

Un tigre dans le jardin Anne-Marie Pol

1931. Indochine, Paule à 8 ans. C’est une petite fille rêveuse, curieuse, un peu désobéissante aussi.

Lire la suite

Et soudain, la liberté D’Evelyne Pisier et Caroline Laurent

Et soudain, la liberté Evelyne Pisier Caroline Laurent

Ce livre raconte l’histoire de Mona et de Lucie, mais aussi celle d’Evelyne et de Caroline.

Les premières sont mère et fille. Mona est l’épouse d’un haut fonctionnaire qui a bâti sa carrière dans les colonies. En Indochine d’abord, avant que la guerre les rattrape, les abîme et les force à fuir. En Nouvelle-Calédonie ensuite, où Mona vit la vie des femmes de son époque, sans liberté de mouvement, sans liberté de pensée, en admiration devant son homme.

Lire la suite

« Je suis convaincu, Lucas, que tout être humain est né pour écrire un livre, et pour rien d’autre. Un livre génial ou un livre médiocre, peu importe, mais celui qui n’écrira rien est un être perdu, il n’a fait que passer sur terre sans laisser de trace. »

Agota Kristof, La preuve.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :