« Jusqu’à présent, les grandes vacances, c’était toujours pareil : un énorme plat de spaghettis. Au début, affamé, on se jette dessus et on se dit qu’on n’en aura jamais assez, et puis, très vite, on n’en peut plus. »

Le goût sucré de la peur, Alexandre Chardin

Publicités