« La route en Islande, c’était comme un mètre ruban de couturière, parfois découpé en deux quand on avait pris la peine de dessiner des voies, se déroulant à plat sur le terrain sauvage auquel l’homme se mesurait ainsi. »

Un marin chilien, Agnès Mathieu-Daudé