Aussi libres qu'un rêve Manon Fargetton

Fin du 21ème siècle, dans une région française devenue dictature, le président a imposé la loi des dates de naissance. Afin de réguler le marché du travail, le mois de naissance des enfants détermine l’école et le programme scolaire qu’ils suivront, et la liste des métiers qui leur seront ouverts. Aux « janvier », la politique ou le show-business, aux « décembre » les métiers les moins prisés.

Dans cet univers, ce roman de science-fiction raconte l’histoire d’adolescents. Kléano vit avec sa mère et son grand-père, son père est mort depuis 15 ans. Né en fin d’année, la musique lui est interdite, mais est cependant sa passion. Avec des amis il a même monté un groupe de rock, ils répètent en secret dans un quartier pauvre de sa ville. C’est là qu’il rencontre Silnöa, une jeune fille née le 31 décembre, pas du tout passionné par les études et l’avenir qui s’offre à elle, et qui se sent un peu perdue. Sa jumelle Silnöe, née quelques minutes après elle, a eu plus de « chance » car, née en janvier, elle est destinée à devenir une star. Mais bien que privilégiée selon les règles du régime, ses aspirations sont tout autres… Et puis il y a Nériss, le fils du président Chan Wallow, qui s’évade de son quotidien en contactant des amis virtuels sur le net. Sans révéler son identité il dévoile sa colère et sa révolte à ses interlocuteurs, en particulier à Silnöa qui voit en lui un confident, un ami, peut-être un peu plus.

C’est alors que Nériss surprend un secret bien gardé : il aurait été échangé à la naissance par ses parents, contre le fils de leur principal opposant. Bouleversé, il comprend que Kléano est son « double », le contacte pour lui révéler sa véritable identité. Kléano, révolté contre le régime, est en fait le fils de Chan Wallow tandis que Nériss est celui d’un opposant, emprisonné depuis 15 ans.

Chacun avec sa personnalité, sa fougue ou ses doutes, sa peur ou ses envies, avec leurs amis, ils vont tenter de mobiliser les élèves des écoles, puis la société toute entière, pour retrouver leur liberté.

En parallèle, puisque ce sont aussi et surtout des adolescents, l’auteure nous livre également leurs aspirations, leurs rêves, leurs émotions face à des amitiés ou des amours nouvelles.

J’ai aimé cette histoire mêlant aventures adolescentes et science-fiction. On y retrouve les rêves et les aspirations d’une jeunesse fougueuse, leur idéalisme aussi. L’histoire est bien menée, les personnages sont attachants, et la chute est inattendue, j’ai bien aimé le suspense final.

Un chouette livre de science-fiction parfaitement adapté aux adolescents.

Manon Fargetton, née en 1987, est une romancière française.

Aussi libres qu’un rêve, écrit quand elle avait 18 ans, est paru aux éditions Castelmore en 2016 et 2017 (14,90€ et 5,90€ pour l’édition de poche).

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook !