Recherche

Mes mots Mes livres

Auteur

Caro

Maman, nantaise, j'aime voyager, me balader, profiter des petits bonheurs du quotidien, le plus souvent en famille. J'aime aussi m'évader en lecture. Je vous raconte mes balades, réelles ou imaginaires, dans mes deux blog voyage et lecture.

« Je crois comprendre ce que veut dire Joanne quand elle déclare qu’elle préfère marcher seule, et même quand elle s’isole pour méditer dans un champ. On se retrouve plongé en soi, on n’est plus vraiment conscient de ce qui se passe autour. L’effort physique permet au mental de totalement lâcher prise. Les pensées se succèdent en tourbillon, mais un tourbillon calme et serein. A certains moments on est à peine conscient qu’on pense. Il y a des souvenirs qui remontent tout doucement, qui s’imposent sans provoquer d’émotions douloureuses. On les regarde avec une certaine distance et avec bienveillance. »

Tout le bleu du ciel, Mélissa Da Costa

Août 61 de Sarah Cohen-Scali

Août 61 Sarah Cohen-Scali

Aujourd’hui. Benjamin Kaye vient d’être arrêté à Calais, dans un camion en compagnie de migrants. Mais Ben est âgé, a des papiers en règles, que faisait-il là ? C’est à l’hôpital qu’on le conduit car il paraît désorienté. Ben en effet souffre de la maladie d’Alzheimer et dans sa tête, c’est Beniek qui parle désormais…

Lire la suite

« – De quoi parlions-nous, déjà ? Ah oui, de France… Tu vois, il existe plusieurs espèces d’hommes… Mais tu es jeune. Tous les jeunes veulent que les hommes ne soient que de deux types : ou le modèle idéal qu’ils ont forgé à leur image… ou celui incarnant tout ce qu’ils méprisent… Ils ne voient que ces deux catégories et ils ne distinguent pas toutes les autres… Finalement, ce sont ces autres-là qui sortent gagnants, ceux que nous n’admirons pas mais que nous ne méprisons pas non plus… »

Mauthausen, Iakovos Kambanellis

Urbex hanté de Tatiana Forler

Urbex hanté Tatiana Forler

Nathan vit à Marseille, entre ses copains, le collège et son activité de youtubeur où il met en scène ses exploits en parkour, l’escalade urbaine. Mais tout son petit monde s’écroule quand ses parents décident de déménager à la campagne. Que va-t-il bien pouvoir faire dans ce village perdu ?

Lire la suite

Citation

« Pour elle, Alep, c’étaient leurs racines. Et les humains, c’est pareil aux arbres, ils ne peuvent vivre sans racines. C’est comme ça qu’on tient dans cette grande aventure qu’est la vie. Qu’on arrive à partir, même très loin, et revenir sans se perdre. Sinon, on dessèche sur pied jusqu’à se consumer. »

Mur Méditerranée, Louis-Philippe Dalembert

Les impatientes de Djaïli Amadou Amal

Les impatientes Djaïli Amadou Amal

 

 

 

 

 

 

 

Ramla, Hindou et Safira, 3 prénoms de femmes qui résonnent au milieu de tant d’autres, qui se rejoignent dans une destinée commune d’obligations, de peur, de tristesse, de résignation, où brillent toutefois quelques refus et espoirs, comme autant de lumières inaccessibles.

Lire la suite

« Peut-être ma mère avait-elle raison, chacun en montagne a une altitude de prédilection, un paysage qui lui ressemble et dans lequel il se sent bien. »

Les huit montagnes, Paolo Cognetti  

La guerre des Lulus de Régis Hautière et Hardoc

La guerre des Lulus Hardoc Régis Hautière Casterman

Lucas, Lucien, Luigi et Ludwig sont orphelins. Tout le monde les surnomme les Lulus à l’orphelinat de Valencourt, en Picardie. Mais quand ce dernier est évacué, les Lulus manquent à l’appel, partis jouer en forêt. Ils découvrent bientôt que leur village et toute la région sont désormais occupés, et se retrouvent livrés à eux-mêmes. Ils retournent se cacher dans la forêt, mais la guerre va bientôt les rattraper…

Lire la suite

« Une puissante odeur de végétation moite, une odeur vert foncé montait à mes narines. »

Birmane, Christophe Ono-dit-Biot

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :